Comment éviter les feux de cheminée

Les gestes pour éviter les feux de cheminées

Poêle à bois, poêle à granulés, chaudières ou tout autre appareil relié à un conduit de fumée, si vous respectez ces quelques consignes de sécurité, vous limiterez considérablement le risque d’avoir des feux de cheminées.

Consigne N°1 : L’entretien de son appareil

Un appareil de chauffage c’est comme une voiture ! Il faut le faire réviser et entretenir régulièrement si on ne veut pas risquer l’encrassage et la panne.

Malheureusement, les feux de conduits de cheminée sont majoritairement causés par un défaut d’entretien et de ramonage. Nous rappelons que le ramonage n’est pas une option, c’est obligatoire ! Sans cette action, le conduit s’encrasse et il y a une accumulation de dépôts qui se forme sous forme de goudrons ou encore de bistre.

Ces dépôts restent collés aux parois ce qui peut provoquer une prise de feu à l’intérieur même du conduit mais aussi des refoulements donc des risques d’intoxications oxycarbonées (CO).

  • Pour les poêles à bois, il faut compter deux ramonages par an (conduit de fumée) : un après la période de chauffe (souvent en été) et le second pendant la période de chauffe.
  • Pour les poêles à granulés, c’est le même principe (2 fois par an minimum) mais on parle aussi en termes de quantité de combustible consommé : on préconise qu’un ramonage devrait être fait toutes les 2 tonne de granulés consommés.

Nous conseillons toujours de bien lire la notice de votre appareil de chauffage. En général, le fabricant liste toutes les actions à réaliser afin d’entretenir au mieux votre appareil et optimiser un maximum sa longévité. C’est LE document auquel il faut vous référer.

Voici un tableau récapitulatif des opérations les plus courantes à réaliser en fonction de votre solution de chauffage :

Fréquence d’entretien

Foyers ouverts, foyers fermés, inserts et poêles à bois

Appareils à granulés

Quotidien

Décendrage Décendrage

2 fois par mois

Nettoyage des déflecteurs – parcours des fumées. Décendrage des cendres hors cendrier. Nettoyage des surfaces d’échange et vérification de l’étanchéité de la porte

Tous les 3 mois

Vérification de l’état des joints et du serrage du loquet de la porte.

Nettoyage des ventilateurs et du fond de la trémie à granulés

2 fois par an

(OBLIGATOIRE)

Ramoner votre conduit de fumée. Ramonage du conduit de fumée et de raccordement (toutes les 2 tonnes de granulés) et 2 fois par an minimum
Annuel

(OBLIGATOIRE)

Vérification du conduit de raccordement, de l’appareil et nettoyage complet Vérification de l’appareil et nettoyage complet

Autre conseil : lorsque vous videz les cendres de votre appareil de chauffage, assurez-vous qu’elles soient bien éteintes et froides avant de le faire. Ne prenez pas de risque inutile !

Consigne N°2 : le combustible utilisé !

Choisir le bois énergie est un choix économique et plus écologique comparé aux autres énergies (électricité, fioul, propane…). Toutefois, si vous faites brûler du bois humide ou vos restes de papiers cartons, cela n’a plus aucun bénéfice. De plus, cela peut se révéler très dangereux.

En effet, brûler du bois traité (peint ou vernis) comme par exemple, vos vieux morceaux de meubles ou de cagettes imprimées cela va produire des suies « grasses » qui vont venir obstruer rapidement votre conduit de fumée et on ne vous parle pas des émanations toxiques et des émissions de particules fines qui se dégagent de ce type de combustible… On évite également les emballages cadeaux après Noël ! 😉

Autre point important : l’allumage de votre feu ! N’utilisez pas d’alcool ou autres solvants pour faire démarrer votre feu de cheminée. Des allume-feux naturels écologiques existent afin d’allumer un feu rapidement et en toute sécurité.

On ne le dira jamais assez mais brûler un combustible sec de qualité (< 20% humidité bois bûches) est primordiale si l’on veut optimiser les performances et la longévité de son installation de chauffage.

Bûches de bois haute performance et bûches compressées

Consigne N°3 : les matériels de prévention

Lorsque l’on pense aux dégâts que peut causer un feu de cheminée, investir dans du matériel de sécurité ne paraît pas très compliqué ni être un investissement trop coûteux. On pense bien évidemment aux détecteurs de fumée qui sont obligatoires depuis 2015 mais il faut également penser aux détecteurs de monoxyde de carbone !

Ces derniers ne sont pas obligatoires et pourtant ils permettent chaque année de sauver des vies. Pouvant coûter entre 20 et 40€ cela n’est pas cher payer pour votre sécurité et celle de votre entourage.

À noter : pensez à vérifier régulièrement l’état des piles de ces appareils !

Consigne N°4 : reconnaître les signes

Comment reconnaître les signes d’un départ de feu ? Ou encore d’une intoxication au monoxyde de carbone ? Pour le départ de feu, le premier signal d’alerte correspond à la création d’un plafond de fumée ou encore d’une odeur persistante de brûlé.

Vous pouvez également entendre des bruits anormaux et sourds en provenance de votre conduit de fumée. Si vous avez le moindre doute, nous vous conseillons d’appeler immédiatement les pompiers (18) et d’évacuer la maison.

À noter : si vous voyez des objets inflammables proches de votre appareil, dans la mesure du possible, retirez-les !

Le monoxyde de carbone est, quant à lui, plus vicieux. En effet, ce gaz est complétement inodore et incolore, il est donc compliqué de s’apercevoir de sa présence. Cette échappée de gaz peut concerner tous les appareils de chauffage sauf le chauffage électrique. Elle est souvent causée par une mauvaise combustion.

Les signaux d’alerte sont liés à votre ressenti : maux de tête, nausées, somnolence et parfois même des convulsions. Votre animal de compagnie sera le premier touché, cela peut être le signe d’alerte. Notre conseil : ouvrez grand les fenêtres de votre maison, sortir tous les habitants de la maison et encore une fois, appeler les pompiers.