Tableau présentant l'importance de la qualité du bois de chauffage

L’importance de la qualité du bois de chauffage dans la combustion

Le laboratoire CERIC a réalisé une étude pour comprendre les facteurs permettant d’obtenir une bonne combustion (ou combustion complète). Une étude essentielle dans la réponse aux enjeux de qualité de l’air quand on sait que près de 8 millions de foyers français utilisent aujourd’hui un appareil de chauffage au bois.

L’importance du combustible :

L’étude du CERIC montre que l’utilisation d’un combustible de qualité possède de nombreux avantages.

Tout d’abord, la consommation d’un combustible de qualité ne revient pas forcément plus cher à l’utilisateur. Le bois de chauffage sec permet à la fois de réduire sa consommation et d’éviter l’encrassement prématuré de l’appareil et du conduit. En effet, l’étude démontre à travers de nombreux tests que les combustibles humides ne chauffent que très peu. Il faut donc plus de bois pour se chauffer. Ainsi, même si à l’achat le combustible de qualité est plus cher, il en faudra beaucoup moins pour se chauffer. De ce fait, le bois de chauffage sec permet de réaliser des économies.

De plus, l’utilisation de combustible de qualité permet d’atteindre les valeurs annoncées par le fabricant du poêle.

Enfin, il est également possible de diviser par 4 les émissions de particules fines en utilisant uniquement des combustibles de qualité.

L’importance de l’appareil :

Avoir du bois sec n’est pas suffisant, il est également important d’utiliser le combustible dans un appareil performant. L’étude du laboratoire montre que les appareils âgés de plus de 15 ans ainsi que les foyers ouverts sont à l’origine de la majorité des émissions de particules. C’est pourquoi il est essentiel de remplacer les anciens appareils polluants. D’autant plus que de nombreuses aides sont mises à disposition par l’Etat pour favoriser ce renouvellement du parc d’appareils.

L’utilisation combinée de bûches de bois sèches, écorcées et fendues avec un appareil Flamme Verte permet de se chauffer moins cher et d’émettre un minimum de particules fines.

L’intégralité de l’étude se trouve à l’adresse suivante : http://www.laboratoire-ceric.com/pdf/actualites/etude-ceric-chauffage-au-bois-et-qualite-de-l-air-(juillet-2017).pdf